600 participants ont assisté au discours du Premier ministre, Édouard Philippe, et du président de l'U2P, Alain Griset. © Cocktail Santé
Conscients que le chemin du plein-emploi passe par les entreprises artisanales, commerciales et libérales, Alain Griset, président de l’U2P à laquelle l’UNT est affiliée, et le Premier ministre Édouard Philippe, invité aux Rencontres U2P, se sont rejoints sur le rôle central que doit jouer l’organisation pour nourrir les débats précédant chaque réforme.

« L’U2P est un partenaire incontournable de toutes les parties prenantes pour toutes les questions relatives aux TPE. »

C’est ainsi que le 26 octobre dernier, Édouard Philippe a salué la création de l’Union des Entreprises de Proximité.

Le Premier ministre s’est déclaré « sensible » à l’appellation d’« entreprises de proximité », synonyme de « lien social ». Il a souligné l’importance des TPE, « premiers créateurs d’emplois potentiels », pour la vie économique et le tissu social français.

Il a évoqué les actions du gouvernement en lien avec les trois grandes réflexions de ces premières rencontres U2P.

Syndicalisme patronal

Édouard Philippe a rappelé que les ordonnances du 22 septembre 2017 donnaient, pour la première fois, la priorité aux TPE-PME. Il a appuyé ses dires avec quelques exemples :

  • Dans toutes les entreprises de moins de 20 salariés qui ne disposent pas d’élus du personnel, les décisions pourront être prises grâce à une consultation des salariés proposée par le chef d’entreprise et ratifiée à la majorité des 2/3.
  • Des élections seront organisées dans les petites entreprises uniquement s’il y a des candidats.
  • Le compte pénibilité réformé offrira aux salariés de vrais garantis et aux employeurs des règles opérationnelles réalistes.

« Sur tous ces sujets, les demandes de notre organisation ont été en grande partie prises en compte », a apprécié Alain Griset, président de l’U2P.

Le Premier Ministre a réitéré sa volonté de changer le regard sur l’apprentissage, « véritable voie d’avenir », et a assuré avoir entendu les demandes de simplification et de refonte du système des diplômes.

« Dans ce domaine, ce n’est pas d’une réforme dont nous avons besoin mais d’une refondation », a rectifié Alain Griset.

Le président de l’U2P a pointé des mesures indispensables, telles que déconnecter la rémunération des jeunes de leur âge, donner aux branches la responsabilité des contenus de formation ou encore revoir les circuits et l’affectation de la taxe d’apprentissage.

S’agissant de la formation professionnelle, Édouard Philippe a souligné le montant dédié alloué par le Gouvernement, soit 15 milliards d’euros. « À juste titre, l’U2P souhaite renforcer l’accès à la formation pour les salariés des TPE », a-t-il commenté. Pour l’U2P justement, le changement doit passer par une simplification. « Il ne faut plus former pour former mais former les chômeurs pour répondre aux besoins de l’économie. »

Concernant la formation des indépendants et l’inquiétude quant au plafonnement de la contribution des fonds destinés à la formation des chefs d’entreprise, Édouard Philippe s’est dit ouvert à toute solution. Idem pour l’adaptation de l’assurance chômage à la diversité de situations des travailleurs indépendants. « Cette orientation n’est envisageable que si les conditions d’ouverture des droits sont régies par des critères rigoureux », a averti Alain Griset.

Protection sociale

En matière de protection sociale, le Premier ministre a rappelé l’adossement du régime social des indépendants (RSI) au régime général et les mesures prises en direction des travailleurs indépendants : baisse des cotisations sociales, soutien à la création d’entreprise…

« La réforme du RSI doit en effet mettre fin à tous les dysfonctionnements apparus depuis sa mise en place et celle de l’interlocuteur social unique (ISU). Elle doit également améliorer de manière sensible la qualité du service rendu aux artisans, commerçants et professionnels libéraux […]. En outre, le fonds d’action sociale qui vise notamment à soutenir les entreprises en difficulté sera maintenu. Comme il le fait aujourd’hui, ce fonds doit pouvoir prendre en charge les cotisations et la CSG pour les travailleurs indépendants rencontrant de grandes difficultés. Il est de plus indispensable que les travailleurs indépendants bénéficient d’un guichet unique, que ce soit pour le paiement de leurs cotisations comme pour les questions liées à leurs assurances maladie et retraite », a lancé Alain Griset.

Le Président de l’U2P a évoqué deux mesures « essentielles pour la réussite de cette réforme » :

  • l’application de l’assiette des cotisations du travailleur indépendant à sa rémunération ;
  • le changement de comportement des administrations, au premier plan desquelles les Urssaf, qui doivent « simplifier, conseiller et accompagner » et non pas « réglementer, contrôler et sanctionner ».

Édouard Philippe a justement présenté le programme de réforme Action Publique 2022, chantier interministériel en faveur de la simplification et de la qualité de service.

Transformation numérique

« La transformation numérique est l’un des nombreux défis que vous devez relever, et l’État vous y aidera. »

Édouard Philippe a exprimé la volonté du gouvernement de réunir l’ensemble des syndicats, chambres consulaires, experts-comptables, etc. afin de mettre sur pied une organisation qui puisse sensibiliser et accompagner les entreprises.

« Il est indispensable d’engager un plan massif de formation au numérique pour les chefs d’entreprise et les salariés de l’artisanat, du commerce de proximité et des professions libérales. La formation de nos chefs d’entreprise et de leurs salariés est incontournable pour faire face aux évolutions technologiques de plus en plus rapides et pour répondre aux nouveaux besoins des consommateurs », a conclu le Président de l’U2P.

Lire nos autres articles Rencontres U2P : « C’est dans nos entreprises que l’emploi se créera » et Des conférences dédiées aux problématiques de l’économie de proximité.