IMAGE: JAAP ARRIENS/NURPHOTO VIA GETTY IMAGES)

LÉNA COROT | PARU SUR USINE-DIGITALE.FR LE 01 AVRIL 2019

Lyft a annoncé vendredi 29 mars 2019 avoir levé 2,34 milliards de dollars à l’issue de son introduction en Bourse réussie. L’entreprise de VTC qui peine à être rentable et affiche de lourdes pertes est valorisée à plus de 24 milliards de dollars. Une réussite qui devrait inciter d’autres start-up de la Silicon Valley à suivre le même chemin.

Introduction en Bourse réussie pour Lyft. A la sortie de son IPO, l’Américain qui a annoncé vendredi 29 mars 2019 avoir levé 2,34 milliards de dollars, était valorisé à 24,3 milliards de dollars. Preuve de l’engouement des investisseurs : l’IPO étant sursouscrite, Lyft a relevé la veille le prix de l’action. Initialement prévue entre 62 et 68 dollars par action, la fourchette de prix indicative de son introduction en Bourse a été finalement fixée entre 70 et 72 dollars par action.

Au total, Lyft a vendu 32,5 millions d’actions au prix de 72 dollars soit un peu plus que les 30,8 millions initialement prévus. S’en est suivi un premier jour sur le Nasdaq réussi : l’action de Lyft s’est envolée de 20% pour ses débuts avant de se stabiliser sur une hausse de 8%.

LA STRATÉGIE DE DIVERSIFICATION DE LYFT

Fondée en 2012, Lyft a préféré s’étendre aux Etats-Unis et y grappiller des parts de marché face à Uber plutôt que de proposer son service dans de nombreux pays. L’entreprise de VTC qui, en dehors des Etats-Unis, s’est seulement implantée au Canada s’est engagée dans une politique d’offres de réduction plus ou moins agressive afin de gagner des utilisateurs. Une politique gourmande financièrement couplée à une diversification de ses activités. Elle assure avoir réalisé 8,1 milliards de courses en 2018 grâce à 1,9 million de chauffeurs partenaires et près de 31 millions de clients.

En parallèle, Lyft s’est développée sur les marchés en ébullition des trottinettes électriques et des vélos en libre-service. A Santa Monica, Lyft a même intégré les transports en commun dans son application. L’entreprise de VTC reste toutefois concentrée sur son cœur de métier, la mobilité des personnes, au contraire d’Uber qui a développé des services de livraison de nourriture (Uber Eats) et de marchandises par camion (Uber Freight). Lyft s’est aussi lancée dans la course au véhicule autonome, une recherche très gourmande financièrement.

LYFT AFFICHE DE LOURDES PERTES

Les revenus de Lyft ont doublé sur un an pour atteindre 2,2 milliards de dollars en 2018. Malgré cela, la société essuie de lourdes pertes : 688 millions de dollars en 2017 et 911 millions de dollars en 2018… Cela n’a pas empêché les investisseurs de se ruer sur les actions de la société qui peine à être rentable.

Un engouement pour les sociétés de la Tech qui pourrait inciter d’autres start-up de la Silicon Valley à réaliser une IPO. A commencer par Uber qui devrait préciser les modalités de son IPO courant avril. Cette opération pourrait valoriser le géant du VTC à 120 milliards de dollars. Airbnb, Postmates et Slack pourraient aussi emprunter ce chemin de l’introduction en Bourse.

Auteur : LÉNA COROT
Source : www.usine-digitale.fr