En 2017, l’envolée de taxis – et non d’hirondelles ! – fera le printemps. Cinq prototypes de taxis volants électriques vont être expérimentés à Paris, sur la Seine. Ouvrez grand les yeux.

Désengorger Paris, proposer une alternative écologique à la voiture : c’est le pari que s’est lancé Alain Thébault, inventeur de la Sea Bubble (bulle de mer), un petit taxi électrique… volant sur l’eau ! Sea Bubble est en réalité un bateau monté sur des foils (de fines ailes profilées plongeant dans l’eau), qui lui permettent de s’élever au-delà d’une certaine vitesse. La bulle ne génère ainsi pas de vagues, donc n’abîme pas les berges, et la douceur des mouvements offre un certain confort aux passagers. Chaque véhicule est équipé d’un moteur électrique, qui entraînera deux hélices. Des hydroliennes seront placées sous les stations d’amarrage pour recharger les véhicules grâce au courant de la Seine. L’autonomie annoncée est de près de 100 km. Si un pilote, qui transportera jusqu’à quatre passagers, sera à la barre, la vocation de Sea Bubble est d’être, à terme, automatique et autonome. À l’instar des Velib’ et Autolib’.

Des essais prochains

Des essais devraient débuter dans quelques semaines. Une démonstration sera organisée au printemps. Les cinq premières Sea Bubble (chaque véhicule coûte 12 000 €) seront installées au pied de l’Assemblée nationale. Elles n’avanceront pas à plus de 18 km/h. Pour les usagers, l’objectif est de proposer des courses à moins de 10 € via une application mobile.

Plus d’infos ici (site en anglais)